Buscar

Les Suds, tout court #1 : Ana Carla Maza

Actualizado: abr 2


Chaque vendredi, découvrez un épisode de la websérie "Les Suds, tout court" : sous forme de mini concerts, cette nouvelle série de court-métrages musicaux permet d’offrir un éclairage particulier à l'œuvre d'un.e artiste invité.e par le festival, au cœur de sites patrimoniaux exceptionnels. Cette semaine, découvrez Ana Carla Maza et son violoncelle à L' Arlatan...


Un violoncelle, une voix : époustouflant et séduisant !


Ana Carla Maza rayonne et fait corps avec le violoncelle dont elle explore les sonorités avec une étourdissante virtuosité. Sensuelle, la musicienne déploie une gamme de couleurs et de sensations, alternant caresses et tempêtes. À 23 ans, cette jeune Cubaine a déjà donné des centaines de concerts et mis son violoncelle au service des styles les plus divers, du classique au jazz en passant par la pop. 

Fille du célèbre pianiste chilien Carlos Maza et de la guitariste cubaine Mirza Sierra, elle fait ses premiers pas sur les scènes havanaises dès l'âge de dix ans. Avec son père, elle enregistre cinq albums et part en tournée à travers l’Europe, avant de suivre l’Orquesta Sinfónica Mediterránea sur sa tournée espagnole en tant que soliste. En 2012, elle s'installe à Paris pour suivre les classes professionnelles du conservatoire et entreprendre une carrière en solo qui l'amènera aux quatre coins de l'Europe en un temps record. Elle multiplie alors les collaborations, croisant notamment les routes musicales de Louis Sclavis, Bastien Lallemant, Richard Galliano, Sarah Murcia, Seb Martel, Moh Kouyaté, Kandia Kouyate, Mohamed'Ali Kommoun, Rido Bayonne et Vincent Segal, maître français du violoncelle qui voit en elle « l'avenir du violoncelle » et avec lequel elle partage la scène de Jazz à Porquerolles, Jazz à Vienne et de l’Opéra de Lyon. En 2014, elle chante et joue du violoncelle sur la tournée française de Jean-Louis Aubert, puis présente, en 2015, son concert en solo au Festival Jazz à Vienne enchaînant avec une tournée de 40 concerts en Norvège avec The Cultural Rucksack. On entend aussi son instrument vibrer dans la bande d’annonce des films O ka (Notre Maison) de Souleymane Cissé et Underground fragance de Peng Fei Song. Dans son premier album solo, (Alma, Saraswati, 2018), la violoncelliste revisite avec délicatesse les musiques traditionnelles de son enfance.

0 vistas

© 2020  by © Persona Editorial Ltd

Label Record & Audiovisual Company